L’insécurité d’Internet Explorer 9 et 10 dévoilée

Donnez une note

Mettez votre navigateur Internet Explorer 9 et 10 à jour. Voilà le conseil récent proclamé par Microsoft. En effet, la lumière a été mise sur l’insécurité de ces versions du logiciel utilisé à travers le monde, nécessitant ainsi une vigilance accrue de la part des utilisateurs. Point sur le sujet

Internet Explorer : un logiciel défaillant ?

internet explorerNaviguer à travers Internet Explorer et plus particulièrement ses versions 9 et 10 requiert une prudence redoublée de la part des utilisateurs. Microsoft, de même que le CERTA ou Centre gouvernemental de veille, d’alerte et de réponse aux attaques informatiques, et l’ANSSI ou Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information se sont accordés pour aviser les utilisateurs de la défaillance du logiciel utilisé dans de nombreux pays.

Le principal risque lié à cette insécurité d’Internet Explorer est qu’un pirate peut alors tout simplement réaliser des opérations illégales sur votre ordinateur. Pour le moment, Microsoft ne paraît pas en mesure de proposer une solution à même de combler cette faille. Si vous utilisez ce navigateur pour surfer sur la toile, la meilleure protection consisterait à effectuer une mise à jour, en installant la version 11. Afin d’optimiser la sécurité de votre connexion, il est également recommandé d’installer l’outil de sécurité EMET sur votre machine.

Utiliser un autre navigateur qu’Internet explorer pour limiter les dégâts ?

Dans la mesure où les risques d’exploitation liés à une telle défaillance sont sérieux, les utilisateurs doivent donc prendre les devants afin de les minimiser. Et pour certains utilisateurs, installer la version 11 d’Internet Explorer s’avère pour le moment inexécutable : Windows Vista reste incompatible avec cette version du navigateur.

Alors, que faire ? En plus d’installer EMET, une autre solution idéale serait de recourir à un autre navigateur, jusqu’à ce qu’un patch soit créé afin de corriger la faille découverte. Un conseil ignoré pour l’heure par la CERTA, laquelle cependant a déjà diffusé des recommandations du même type dans d’autres cas où la faille était jugée importante. Le centre de réponse aux attaques informatiques, l’agence de la sécurité des systèmes d’information et Microsoft poursuivent l’enquête sur cette affaire.

Comments are closed.