Conflits au Venezuela : des images sur Twitter censurées par le gouvernement

Conflits au Venezuela : des images sur Twitter censurées par le gouvernement
Donnez une note

Face au climat de révolte qui s’amplifie au Venezuela à cause de l’inflation croissante, le gouvernement enchaîne les censures d’images sur la toile. Une accusation portée principalement par le réseau social Twitter.

Des images bloquées sur Twitter afin d’apaiser l’atmosphère au Venezuela

venezuelaL’inflation considérable et continue au Venezuela provoque des contestations de toutes parts. Les manifestations ainsi organisées encouragent notamment les étudiants à descendre dans les rues afin d’exprimer leur mécontentement. Afin de mieux étendre leur appel, les opposants profitent notamment de l’influence des réseaux sociaux célèbres, tels que Twitter.

Mais, le site du petit oiseau bleu dénonce le gouvernement bolivarien de censurer ses images depuis quelques semaines, créant un lien de plus en plus tendu entre les deux partis.En effet, selon un email envoyé AFP, un représentant de Twitter affirme que le Venezuela bloque certains de ses contenus. Les  blocages sont confirmés par de nombreux utilisateurs. Ces derniers n’ont, entre autres, pas pu accéder à leurs avatars.

Pourquoi le Venezuela bloque-t-il des contenus sur Twitter ?

Les raisons prises par le gouvernement du Venezuela, en l’occurrence celui de Nicolás Maduro de bloquer des contenus sur Twitter seraient donc fondées sur ce principal besoin : apaiser le climat de désapprobation accru dans le pays en empêchant les réseaux sociaux de pousser notamment les étudiants à manifester dans la rue, et tenter de mettre fin aux descentes déjà entamées, de surcroît sanglantes. D’autres mesures sont prises en ce sens par l’Etat bolivarien qui semble d’ailleurs avoir œuvré afin qu’aucune chaîne locale ne transmette des images sur ces manifestations. Toutefois, certaines chaînes ont poursuivi la couverture des événements et n’ont plus eu accès à leurs câblo-opérateurs de transmission.

Le Venezuela surveillé de près

Le gouvernement du Venezuela a rejoint les pays particulièrement surveillé en raison de leur politique ainsi désapprouvée par les acteurs du Web. Entre Nicolás Maduroet Twitter, les tensions ne datent pas d’hier : le nouveau Président a déjà lui aussi accusé ce réseau social d’avoir comploté contre sa personne, afin que des milliers d’abonnés se dissocient de son compte Twitter.

Comments are closed.